51eU9uEmHDLLa vérité sur les réseaux sociaux

Facebook, MySpace, Twitter... Les réseaux sociaux ont conquis la France à une vitesse record. Deux internautes sur trois s'y connectent régulièrement, alors que ces sites étaient encore inconnus il y a deux ans. Pas une semaine sans que les médias ne se fassent l'echo de ce succès... ou n'en rapportent les dérapages. Car par leur nature même, les réseaux sociaux mettent à mal la notion de vie privée.

Risques pour les mineurs, escroqueries, usurpations d'identité, utilisation commerciale de données privés ... Olivier Levard et Delphine Soulas révèlent les dessous de Facebook et des autres réseaux. Comment ces sites ont-ils organisé leur ascension ? Qu'est ce qui pousse les internautes à s'y mettre à nu au vu de tous. Quels sont les risques de cette nouvelle transparence ? Comment Facebook et MySpace gagnent-ils de l'argent en vendant les profils des internautes ? En interrogeant sociologues, avocats, policiers, psychanalyste, et bien sûr, les dirigeants de ces sites ainsi que ceux qui en ont été victimes, les auteurs nous dévoilent la face cachée des réseaux sociaux.

Je tiens à préciser avant de commencer que je n’ai pas facebook, myspace etc et que je suis contre. Cet essai m’a d’ailleurs conforté dans mon choix. Je ne juge pas sans savoir non plus, j’ai déjà testé facebook chez des amis.

Facebook est "un mouchard", il permet de s’introduire dans la vie privée des gens et d’"espionner" librement vu que tout est dit. « En moins de trois ans, Facebook devient la planète phare de la galaxie ». C’est vrai combien de mes amis ne se sont pas inscrit sur facebook pour observer ce que fait l’autre ?

Facebook convertit les non-inscrits. Pour cela, un mail « Kévin vient de s’inscrire sur facebook et souhaite être votre ami sur le réseau. Voulez-vous le rejoindre ? » est envoyé à tous les contacts d’une personne. Vous pouvez donc rêver pour que ce soit bien la personne que vous n’avez pas vue depuis 5 ans qui vous envoie l’invitation et ce « des dizaines de fois ».

« J’ai quitté Orkut (Brésil) car j’en avais marre de me sentir surveillée en permanence. J’en avais assez de cette culture du ragot, du scandale. […] en cas de rupture avec leur copain il faut supprimer les photos de leur couple et deviennent paranoïaque de ce qui peut se dire sur elles, sur le profil Orkut de leur ex ». C’est exactement comme ça qu’une amie s’est fait du mal (moralement) en voyant chez son ex le profil de la fille avec qui il l’a trompé et lire des choses sur son compte pas très flatteur. On peut donc être déçu de voir sur le mur d’un profil qu’une fête a eu lieu et n’avoir pas été invité.Autant éviter de se faire du mal, je dis. 

Facebook, myspace, LinkedIn sont des « marchands d’amis ». Plus on en a, plus on pense avoir une bonne vie sociale. Tant pis si ces 600 amis ne vous connaissent pas réellement ni vous souhaitent votre anniversaire tant que ça flatte votre égo !

Le vice de facebook va encore plus quand vous avez fait l’erreur d’accepter vos collègues ou pire votre boss et qu’il peut s’en servir pour vous licencier ! Ou vous embaucher…

Le problème qui se pose (et comme c’est vicieux) comme je n’ai pas de compte, je ne sais pas ce qu’il se dit sur moi ou quelle photo prise lors d’une soirée peut se retrouver sur internet sans mon accord ni même avertissement. Vous pouvez vous sentir alors l’envie de vous inscrire rien que pour surveiller !

Mais le mal de facebook va encore plus loin : Megan Meier, américaine de 13 ans morte par pendaison après que son ami Josh l’est rejeté sur facebook. Il se trouvait que derrière ce Josh, c’était sa voisine qui voulait savoir ce qu’elle pensait de sa fille. (j’avais d’ailleurs vu le reportage à la TV). Lori Drew a d’ailleurs été acquittée.

La police travaille en collaboration avec facebook pour obtenir des informations sur des gens suspectés. F. interdit d’ailleurs aux personnes accusées de pédophilie et abus sexuels l’usage du site. Mais on peut y trouver des groupes pour le LSD ou encore le cannabis tout en mettant photo à l’appui.

Une fois pris dans l’engrenage de facebook difficile de vous en sortir. Même si vous voulez fermer votre compte, vous allez perdre du temps à trouver l’application et répondre à une dizaine de questions vous demandant si vous êtes sûr de vouloir rompre avec facebook. Mais même après cela, si vous voulez y revenir, entrer votre adresse mail et toutes vos informations, photos, etc y seront toujours. Facebook garde en stock toutes vos données qui pourront un jour se retourner contre vous. « Facebook nous rend plus libres, plus riches, plus créatifs, mais il ne doit pas choisir pour nous ce qui est public et ce qui ne l’est pas. Comme la liberté d’expression, l’intimité n’a pas de prix ».

 

Un essai tout à fait bien mené, qui relève bien les enjeux de ce nouveau monopole de l’internet. Je reste sur mes convictions et garde mon blog sur lequel je choisis de dire ce que je veux ou pas. A quoi me sert d’avoir facebook pour espionner des gens avec qui j’ai perdu le contact (pour une bonne raison de toute manière) et si je m’inquiétais pour la personne n’est-il pas mieux d’avoir un vrai échange mail plutôt que d’observer son mur ? Sachez que même mes parents s’y sont mis !

Les exemples mis en avant dans ce livre sont réels et pertinents. Il peut donner de bons conseils à ceux qui s’en servent pour se faire mousser tout en oubliant de réfléchir aux conséquences mais liront-ils ce livre ? Maintenant reste à savoir combien de temps facebook sera leader avant d'être détrôné par quelqu'un d'autre...

Un article du Monde sur une affaire de suicide que je trouve révoltante ICI

 

Merci à Babelioimage0011