41c9ukOcIQLUn cadavre est découvert pendu dans un bois près d'Eastvale. L'homme, rapidement identifié comme Mark Hardcastle, était le populaire et flamboyant décorateur de l'Othello donné par la troupe de théâtre locale. Tout indique un suicide. Mais quand on retrouve son riche amant baignant dans son sang, l'inspecteur Annie Cabbot s'interroge. Un crime passionnel aurait-il pu conduire Mark, désespéré, à se supprimer ? Prise de doute, elle appelle Alan Banks en renfort, quitte à le priver de ses vacances et l'arracher aux bras de sa nouvelle petite amie... Leur enquête les plonge dans un monde trouble et dangereux pour lequel semblent avoir été écrits les célèbres vers d'Othello : « Jalousie, trahison, envie, ambition, avidité, luxure, vengeance... toutes les couleurs des ténèbres. »

Ce polar avait un début prometteur et puis la déception s'est installée avec la tournure des événements. Un attentat? Service secret? Non pas pour moi, ce n'est pas ce que je cherche dans un polar.

Je n'ai pas apprécié non plus la fin qui me laisse un goût amer.

Après un bon début, ce premier Robinson a su attiré mon attention pour la perdre vers la moitié, à un changement de cap. Point positif néanmoins, toutes les couleurs des ténèbres est bien écrit mais il ne m'a pas donné envie de continuer à suivre les enquêtes d'Alan Banks.