L'obélisque de Luxor, Théophile Gautier

 

Je veille, unique sentinelle
            De ce grand palais dévasté,
            Dans la solitude éternelle,
            En face de l'immensité.
            
            A l'horizon que rien ne borne,
            Stérile, muet, infini,
            Le désert sous le soleil morne,
            Déroule son linceul jauni.
            
            Au-dessus de la terre nue,
            Le ciel, autre désert d'azur,
            Où jamais ne flotte une nue,
            S'étale implacablement pur.
            
            Le Nil, dont l'eau morte s'étame
            D'une pellicule de plomb,
            Luit, ridé par l'hippopotame,
            Sous un jour mat tombant d'aplomb ;
            
            Et les crocodiles rapaces,
            Sur le sable en feu des îlots,
            Demi-cuits dans leurs carapaces,
            Se pâment avec des sanglots.
            
            Immobile sur son pied grêle,
            L'ibis, le bec dans son jabot,
            Déchiffre au bout de quelque stèle
            Le cartouche sacré de Thot.
            
            L'hyène rit, le chacal miaule,
            Et, traçant des cercles dans l'air,
            L'épervier affamé piaule,
            Noire virgule du ciel clair.
            
            Mais ces bruits de la solitude
            Sont couverts par le bâillement
            Des sphinx, lassés de l'attitude
            Qu'ils gardent immuablement.
            
            Produit des blancs reflets du sable
            Et du soleil toujours brillant,
            Nul ennui ne t'est comparable,
            Spleen lumineux de l'Orient !
            
            C'est toi qui faisais crier : Grâce !
            A la satiété des rois
            Tombant vaincus sur leur terrasse,
            Et tu m'écrases de ton poids.
            
            Ici jamais le vent n'essuie
            Une larme à l'oeil sec des cieux.
            Et le temps fatigué s'appuie
            Sur les palais silencieux.
            
            Pas un accident ne dérange
            La face de l'éternité ;
            L'Egypte, en ce monde où tout change,
            Trône sur l'immobilité.
            
            Pour compagnons et pour amies,
            Quand l'ennui me prend par accès,
            J'ai les fellahs et les momies
            Contemporaines de Rhamsès ;
            
            Je regarde un pilier qui penche,
            Un vieux colosse sans profil
            Et les canges à voile blanche
            Montant ou descendant le Nil.
            
            Que je voudrais comme mon frère,
            Dans ce grand Paris transporté,
            Auprès de lui, pour me distraire,
            Sur une place être planté !
            
            Là-bas, il voit à ses sculptures
            S'arrêter un peuple vivant,
            Hiératiques écritures,
            Que l'idée épelle en rêvant.
            
            Les fontaines juxtaposées
            Sur la poudre de son granit
            Jettent leurs brumes irisées ;
            Il est vermeil, il rajeunit !
            
            Des veines roses de Syène
            Comme moi cependant il sort,
            Mais je reste à ma place ancienne :
            Il est vivant et je suis mort !

D'autres poèmes chez Celsmoon, Edelwe, Mango, Lepetitmouton, Abeille, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Mariel, Laurence, Ankya, Herisson08, Anjelica, Schneeweiss, George, Uhbnji, Fleur, Armande, Restling, Satya, Violette, Zik, Lystig, Amos