41DjuPUhc7LCe livre est un monument de 1400 pages. Alors vous racontez ce qui s'y passe, je n'ai pas fini! Je vais essayer de faire simple et surtout de vous donner l'envie et le courage d'ouvrir ce livre et de le lire.

L'histoire commence en 1327 et se poursuivra pendant plusieurs années en faisant grandir, vieillir ses personnages. A Kingsbridge, il y a les chevaliers et le pouvoir, le prieuré avec les moines et les soeurs qui s'opposent, et les villageois.

Merthin est en apprentissage pour devenir charpentier alors que son frère est désigné pour devenir chevalier. Tout les oppose: Merthin, gentil et aimé de tous et de sa promise Caris; et Ralph spontané, arrogant, mesquin et méchant.

Caris est une jeune fille qui ne veut pas appartenir à un homme et veut aider les autres avec l'aide des plantes. Si bien qu'elle sera accusée de sorcellerie. Elle n'aura qu'une seule solution pour y échapper: s'éloigner de Merthin...

Dans le village d'à côté, vit Gwenda, une jeune femme éprise de Wulfric qui est fiancé à Annet. Mais le garçon a cassé le nez de Ralph qui s'est montré un peu trop intime avec la belle. Cela va lui valoir des ennuis toute sa vie. Mais Gwenda est là pour l'aider quitte à demander de l'aide auprès de Ralph.

Au fil des années l'histoire évolue, prend d'autres tours avec l'apparition de la guerre, de la famine et de la peste...

Je devais au départ lire ce livre dans le cadre d'une opération éclair avec le livre de poche. Mais j'ai reçu ce livre fin janvier et la date étant dépassée, j'ai donc pris mon temps (1400 pages tout de même, autant les apprécier!). Ce roman est vraiment l'œuvre de toute une vie pour nos personnages: on grandit, on évolue, on suit leurs malheurs mais aussi leurs bonheur avec angoisse et joie.

Un monde sans fin fait suite aux Piliers de la Terre mais se lit tout à fait indépendamment. La suite sort fin de l'année!

Ken Follett prend son temps pour tout décrire, il va en profondeur, rien ne lui échappe.

Plus on avançait dans l'histoire et les années, moins j'aimais Caris qui se refuse à Merthin. Et ce Ralph autant il est insupportable, autant à la fin
-Spoiler-
quand son fils le tue, j'ai eu de la peine. -
FinSpoiler-

Le personnage de Philémon aurait pu être plus développé, pourquoi cette haine envers Caris. L'histoire au fil des pages se centre beaucoup plus sur Caris et Merthin, et on oublie un peu Gwenda qui du coup mène une vie plus ou moins paisible pendant quelques années. Je trouve que Caris a des idées très modernes, très féministes pour le Moyen-Age. Ce n'est pas comme ça que j'imagine cette époque (oui bon en même temps, je l'imagine sale, malpropre etc style les Visiteurs!).

Cette oeuvre romanesque n'a qu'un seul défaut: ses nombreuses pages m'ont empêchées de le dévorer en une fois! Il aurait pu contenir quelques centaines de pages en moins sans problème.

Merci à Thomas et au Livre de Poche