51N8bJ4m8xL__SS500_Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse... Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière.

Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels. Carole Martinez construit son roman en forme de conte: les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d'imaginer. Le merveilleux ici n'est jamais forcé: il s'inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

A force de voir ce livre sur tous les blogs, je l’ai enfin lu et heureusement je ne suis pas déçue ! La couverture qui est très belle me faisait de l'oeil et je ne pouvais plus résister! Le cœur cousu est une saga familiale qui m’a fait penser à Chocolat Amer.

C'est la dernière fille de la couturière qui nous fait le récit de sa vie ainsi que de celle de ses soeurs, de son frère et de son drôle de père. Cette fille, c'est Soledad. Son nom est d'ailleurs évoqué au début et puis à la fin. Si bien que l'on peut se demander si on le connait!

On lit cette saga familiale cousue bout à bout et on aime.

D'autres avis chez BOB