51mHBMr9OiLC'est un vieil homme qui s'éteint, péniblement alité. Pas n'importe quel homme, mais le plus grand critique gastronomique du monde, qui est parvenu à hausser un art mineur au rang des plus prestigieux, a fait et défait des réputations. Après quelques décennies de boustifailles, d'agapes, "des flots de vin, d'alcools en tout genre, après une vie dans le beurre, la crème, la sauce, la friture, l'excès à toute heure", le vieil homme tire sa révérence, rend son tablier, sa plume. Ce n'est rien, sinon qu'in extremis "une seule chose importe" : le souvenir d'une saveur, "vérité première et ultime de toute une vie". Quelque chose qui lui échappe. Quelque chose d'originel et de merveilleux. Une saveur oubliée, nichée au fond de la mémoire. Il cherche et il ne trouve pas. La quête de cette saveur, qui pourrait bien être une gourmandise, tout au bout de la vie, est l'occasion de retracer pour le vieil homme l'itinéraire d'une existence vouée à la gastronomie.


J'ai lu ce livre dès sa réception et je n'avais pas eu le temps d'écrire mon avis tout de suite. Ce qui est très pratique car je peux vous dire qu'un ou deux mois après je ne m'en souviens plus! Cette lecture ne m'a vraiment pas marquée. Agréable sans doute sur le moment, après absorption, il n'y a plus de restes!

Merci tout de même à Bladelor qui me l'a fait découvrir.