41bQ4jjM3nLLe décor de ce roman se plante à Lausanne dans un pensionnat pour garçons.  Un pensionnat pas ordinaire, strict comme dans le temps et en même temps différent. L’institut Alderson est dirigé par deux sœurs aux relations plus ou moins étranges. En 1959, l’institut va mal et les sœurs pensent vendre l’institut aux Américains. Les acheteurs doivent choisir les profs qu'ils veulent garder. Les professeurs sont sur la sellette, vont-ils rester ? Partir ? Ils doivent convaincre le futur directeur qu’ils méritent de rester, que leur place leur revient. C’est l’occasion pour nous lecteur de découvrir la vie de ces professeurs, chacun ayant un secret pas très catholique. Entre une accro aux jeux de hasard, une femme brisée par la perte de son enfant et son attachement pour un élève, … l’atmosphère de ce roman est étrange et insolite. On est plongé dans un pensionnat où les secrets et les hontes surgissent et se cachent.Histoires privées et vie de pensionnat forment ce récit aux courts chapitres, qui donnent une rapidité au livre mais aussi un essoufflement.

Dire que j’ai aimé ce roman, oui mais il laisse une trace de malaise en nous.

Mango a gagné celui-ci à mon jeu de la LAL! et c'est son coup de coeur de la rentrée :)

 

Aurore nous parle d'un huis-clos, ce qui est le ressenti qu'on peut avoir.

 

Actes sud, août 2009, 432p, 21.90 euros