Amour, mensonge et folie51UQkJzmoRL

A 36 ans : une carrière brillante s’ouvre à l’héroïne. Elle a tout pour être heureuse. Enfin presque… il lui manque la chose la plus importante pour elle dans la vie : l’amour, le vrai, le grand. Cela fait douze ans qu’elle espère le trouver. En vain. Et puis un trois décembre (jour anniversaire de la mort de son père), Anne prend ses affaires et s’enfuit loin pour oublier. Elle va rouler vers l’inconnu pour espérer une dernière fois le rencontrer. On va découvrir une femme fragile, qui rend visite à sa mère malade dans une maison de retraite. Elle va craquer, sombrer dans la mythomanie en s’inventant une liaison avec un homme. Elle va jusqu’à s’imaginer la rencontre avec un homme mystérieux avant de se retrouver en hôpital psychiatrie. Guérie, elle sera assignée comme témoin dans une histoire criminelle.

Et puis un autre point de vue fait son apparition, celui d’un médecin qui écrit un roman, en s'inspirant d'un fait divers de plusieurs années, où un jeune docteur clermontois accusé du meurtre de sa femme avait été disculpé grâce au témoignage de sa maitresse. Une mise en abime qui donne l’impression que les deux histoires ne font plus qu’une.

Dominique Dyens dresse le portrait d’un personnage de femme troublante, énigmatique, dans une intrigue captivante qu’on ne peut quitter avant la fin. Thriller bouleversant, ce roman mène vers la folie, débutant par un simple mensonge. Ce livre n’est pas sans rappeler l’Adversaire d’Emmanuel Carrère.

 

413M6626WPL

Pour ceux qui ne connaissent pas encore l’Adversaire, courrez l’acheter, l’empruntez… je l’avais lu il y a des années sur les conseils d’un prof et j’avais adoré. L’histoire choquante, bouleversante est inspirée d’un véritable fait divers. Emmanuel Carrère y parle du silence, de l’identité, du déséquilibre psychologique et du mensonge.

 L’adversaire raconte l'histoire d'un incroyable mensonge qui finit dans le sang. Pendant dix-huit ans, Jean-Claude Romand a fait croire à tout le monde, même à ses proches, qu'il avait réussi ses examens de médecine, passé l'internat et qu'il était devenu chercheur à l'OMS. En réalité, il passait toutes ses journées sur le bord des autoroutes. et survivait grâce  à de f aux placements en bourse. En janvier 1993, le faux médecin assassinait sa femme, ses enfants et ses parents.

C’est deux romans se rejoignent donc, à lire ensemble. Tous les deux raconte un mensonge qui finit par détruire une vie. J’ai pu rencontrer Dominique Dyens avec qui j’ai discuté de ses inspirations. Elle n’a pas écrit son roman en songeant à l’Adversaire même si elle a été d'accord que l'histoire pouvait se rejoindre.

Ed. Héloïse d'Ormesson, mars 2009, 192p., 17euros